Quel est le mode de garde le plus flexible ?
séparateur
maman solo avec ses enfants

Quel est le mode de garde le plus flexible ?

Métro, boulot, dodo… Il n’y a pas quelque chose qui manque dans l’équation ? Et le plus petit à aller chercher à la crèche ? Et le grand à conduire son cours de judo ? 

Si les fins de journées des parents ressemblaient déjà à une course de vitesse grandeur nature, le couvre-feu et les mesures restrictives donnent franchement des airs de courses poursuites dignes de Need for Speed aux fins de journée. L’objectif : ramener tout le monde à bon port avant 18h, sans passer par la case contrôle, et sans payer 135€. 

Une réunion qui s’éternise, des embouteillages, une course urgente à faire et c’est le retard assuré. Pas étonnant, dans ces conditions, qu’une des requêtes Google les plus recherchées du moment soit “babysitter en urgence” ! Pour autant, trouver une babysitter en urgence relève souvent du défi. On vous explique !

Les étudiants, ils ont le temps !

On serait presque tenté de vous répondre par l’affirmative, étant donné que les soirées étudiantes ne sont plus qu’un lointain souvenir. 

Oui, mais voilà : avant d’avoir un répertoire rempli de contacts de potentiels babysitters prêts à vous aider, il faut déjà prendre le temps de rencontrer les candidats ! Et le processus est long. Aussi long qu’une recherche de crèche ou d’assistante maternelle. 

Il y a toujours une petite période d’adaptation, histoire de voir si le contact passe bien entre les enfants et le·a babysitter – mais aussi et surtout pour nous rassurer, soyons honnêtes. 

Par ailleurs, à moins d’avoir un contrat ou de se mettre d’accord sur des horaires précis, le temps d’un étudiant n’est pas flexible à l’infini : retour dans le cocon familial, partiels, job à mi-temps, alternance, etc. Mieux vaut prévoir son coup !

Si vous n’avez pas les contacts de ces perles rares, c’est peine perdue : quand bien même vous tomberiez sur le profil d’un·e babysitter disponible de suite et à l’allure fort sympathique, il faut faire preuve d’une sacrée abnégation pour confier ses enfants à un parfait inconnu. D’ailleurs, pas sûr non plus que l’école, la crèche ou la nounou vous suive dans cette voie. 

Et si votre super-babysitter était un parent ? 

Si l’option “babysitter” ne donne rien, il vous reste en général trois solutions : 

  • supplier l’établissement de faire un peu d’heures sup (après tout, votre enfant est une crème, c’est un petit peu un privilège que vous leur faites),
  • appeler à la rescousse votre collègue qui, de toute façon, est encore au bureau,
  • contacter votre meilleur ami qui vient de se souvenir qu’il avait piscine. 

Peut-être que la solution est au bout de votre nez. Qui est déjà sur place à la sortie des classes ? Et qui a suffisamment d’expérience avec les enfants pour que vous puissiez lui confier vos vôtres sans crainte ? Et si possible, qui est connu de l’école ou de la crèche ? 

Spoiler alert : un autre parent ! Et oui !

Quand on pense aux différents modes de garde qui existent, le chemin est balisé entre babysitters, crèches, garderies et assistantes maternelles. Des choix utiles lorsque l’on a des horaires fixes, et parfois quelques minutes de retard ça et là. Mais attention à la facture, qui peut vite grimper lorsque l’on a un emploi du temps assez changeant !

Mais oui, mais oui, l’école n’est pas finie !

Confier ses enfants à d’autres parents est un mode de garde plutôt avantageux ! Et si vous en doutiez, voici une petite liste non exhaustive (que vous pouvez d’ailleurs compléter à loisir) : 

  • Vous connaissez déjà certains parents d’autres enfants, et vous leur faites confiance.
  • Fini de se sentir coupable lorsque l’on demande aux copains ou à la famille de traverser toute la ville pour aller chercher les enfants : c’est un trajet que font naturellement d’autres parents.
  • Vos enfants ne vous en voudront pas de les laisser jouer plus longtemps avec leurs copains. Au contraire, il y a de fortes chances que vous deveniez la persona non grata au moment de venir les chercher. Que voulez-vous, les enfants sont parfois ingrats. 
  • Ça ne coûte pas un bras. Bon, ça peut éventuellement vous coûter un paquet de Granolas si vous souhaitez en profiter pour organiser un goûter surprise avec les parents. 

Et si ce sont d’autres parents qui vous contactent, vous, pour garder leur progéniture ? 

C’est plutôt une bonne nouvelle : dites-vous bien que c’est beaucoup plus simple de garder une bande de copains qui jouent déjà entre eux. Vous connaissez la règle : on leur fait confiance et on les laisse jouer en autonomie. Par contre, on commence à s’inquiéter dès que c’est un peu trop silencieux.

Mais si le cœur vous dit, vous pouvez tout à fait organiser une session cuisine, jardinage, travaux manuels, ou tout ce qui vous plaira !

Le mot d’ordre des gardes entre parents : l’organisation !

Pour que l’expérience soit au top, deux conseils : 

  • assurez une certaine équité entre les gardes pour éviter que l’échange de services ne se fasse que dans un sens
  • essayez de connaître les disponibilités et habitudes des autres parents pour éviter de les appeler en urgence à un moment pas très opportun. 

Trêve de suspense, on connaît une très belle application qui gère justement les deux points cités plus haut : Airbabysit ! Le principe est simple : vous ajoutez des parents de votre réseau sur l’application. En cas d’urgence, vous lancez une bouteille à la mer (enfin, un message sur l’application) : votre réseau est ainsi notifié de votre détresse, et un parent peut se proposer pour vous aider. Un système de points est mis en place pour échanger les gardes, afin d’assurer une certaine équité. 

Famille nombreuse ou recomposée, horaires complexes : les situations sont nombreuses et les besoins parfois plus importants. Ne vous inquiétez pas, Airbabysit a pensé à vous : pour plus de services, vous pouvez opter pour la version premium, payante… mais moins onéreuse que des frais récurrents en babysitting ! 

Prêt à vous lancer ? Retrouvez notre application sur Android et iOs